Des morts avides de viande fraîches font règner la terreur dans la ville de Tokyo, pensez vous pouvoir survivre dans ce milieu hostile à toute forme de vie ou plus aucune loi n'as effet?



 
AccueilMembresCalendrierFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum change d'adresse : http://rotd-rebirth.forumactif.com/ " Venez nombreux! "

Partagez | 
 

 Immersion immédiate

Aller en bas 
AuteurMessage
Faye Tanaka
S.R.T/Graphiste
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 13/02/2010

Feuille de personnage
Taille: 1m57
Date RP: Jour 1 -{ 19h30-21h}
Arme(s) :: Couteau de Combat, Beretta 92F/FS et Benelli M4

MessageSujet: Immersion immédiate   Mer 24 Fév - 1:14



Dès les premiers mètres parcourus en dehors du quartier général, les membres du fourgon eurent tout le loisir de découvrir le nouveau visage de Tokyo. Ce n'était pas l'équivalent d'une scène apocalyptique, il n'y avait pas de cadavres dont les os venaient s'aplatir sous le poids du véhicule. Juste des dizaines de véhicules tentaient implacablement de dépasser ses consoeurs. Les klaxons retentissaient dans tous les coins, rendant les autres sons inaccessibles aux tympans. Le monde est littéralement perdu, personne ne savait où aller et malgré tout, ils tentaient de fuir à tout prix. La situation n'avait rien d'amusante avec les voitures se permettant quelques infractions comme conduire sur le trottoir, au milieu des passants affolés qui pensaient qu'en allant à pied, ils avanceraient plus vite. Peut être avaient-ils raisons, quoi qu'il en soit, c'était avec un regard égayé que Faye fixait les petites scènettes. Les réactions humaines dans des moments inexplicables et étranges avaient de quoi fasciner! Plus rien ne comptait à part la survie, la solidarité ne semblait plus de mise et la politesse était partie dans une autre galaxie. A ce moment, la jeune femme voyait tout ce monde comme un pitoyable nid de fourmis qui se battaient pour l'unique boulette de viande des environ. Est-ce que ça valait la peine d'aller les aider?

Les yeux rivés sur la route, la S.R.T observait des confrères en train de porter de l'aide à ces insectes. Elle ne ressentait ni joie de les savoir en sécurité, ni colère de se dire qu'elle mettait sa vie en danger pour ces gens. En fait, elle n'arrivait pas à identifier ce qu'elle était en train d'éprouver. A la fois distraite par tout ce qu'il se tramait devant ses yeux et un peu anxieuse de savoir que bientôt, elle allait sortir de ce véhicule pour affronter le monde extérieur. Ce fut la vision d'une fillette dans les bras d'un policier qui fit tomber le voile devant ses yeux. Aussitôt l'incertitude fit place à l'excitation, car la nouvelle génération était depuis toujours le but de son engagement dans les forces de l'ordre. Telle une enfant, la jeune femme se mit à gigoter sur son siège en se mordant la lèvre. Pressée de faire son devoir et d'être face à l'un de ses 'infectés' pour vérifier s'ils étaient aussi moches en réalité qu'en photographie. De nouveau, elle eut l'impression que son coéquipier venait de lire dans son esprit alors qu'en fait,il l'avait juste senti s'agiter. Il se tourna vers elle avec son éternel sourire en coin. Dès qu'il s'agissait de parler à cette femme, il se sentait obligé d'y mettre une pointe d'humour comme si cela adoucissait l'humeur versatile de sa seconde.

Kakashi Tamao:« Déjà toute excitée? »

Ne désirant pas relever la blague un tantinet salace de Kakashi, la jeune femme se contenta d'acquiescer en fixant l'homme de son petit regard troublé. Maintenant qu'elle connaissait son rôle, elle était pressée de mettre ses connaissances et son expérience en action afin d'aider de pauvres âmes innocentes à continuer leurs aventures sur cette fichue planète. A cette pensée, elle prit une grande inspiration afin de gonfler ses poumons d'air et d'assurance. Son corps entier irradiait la confiance et cela devait venir de la protection qu'offrait l'habitacle du fourgon. Une fois dehors, la jeune femme savait qu'elle aurait droit à du doute et de la tension, sans jamais se laisser déconcentrer au risque de finir six pieds sous terre.

S.R.T inconnu: « Putain! »

Un beuglement clair fendit l'air au même moment où le fourgon fit un tour de 180° sur lui-même avant de se stopper brutalement. A l'intérieur, les passagers encore secoués se tournèrent vers le chauffeur afin de comprendre la raison de tout cela. L'homme ne prit pas le temps ni la peine de donner la moindre explication qu'il se rua à l'extérieur. Un comportement qui ne prévoyait rien de bon et c'est pour cette raison que les deux autres S.R.T imitèrent leur collègue. Laissant l'homme de la situation passée, Faye suivait de près Kakashi, elle sortit son arme prête à toute éventualités alors qu'il ouvrait la porte pour sauter du fourgon. Faisant de même, elle ne comprit pas tout de suite ce qui avait poussé le conducteur à réagir de cette manière. Jusqu'au moment où les énormes épaules de Kakashi ne viennent plus lui boucher la vue. Dépassant l'homme qui s'était arrêtée, elle le pointa son arme droit devant elle pour ensuite rabaisser ses bras. Le regard droit devant elle, elle n'arrivait pas à croire ce qu'il se passait devant ses yeux.

Faye Tanaka:« C'est quoi cette blague... » souffla-t-elle en observant une femme en robe de mariée suivie de ce qui devait être deux demoiselles d'honneurs. Tout aurait pu être normale si ces femmes n'étaient pas en train de dévorer un couple de vieille personne enfermé dans une voiture. L'automobile avait été fracturé par un car à l'arrière et l'avant était à moitié défoncé par un poteau électrique. La femme en robe blanche et rouge était monté sur l'avant de la voiture et dévorait la tête du conducteur. Les yeux de l'homme était rivé sur les deux S.R.T. Pendant ce temps, l'une des demoiselles avait traversé le pare-brise pour semble-t'il mangé le bas ventre du papy. Alors que la dernière femme dévorait la passagère à travers la vitre de la portière. La scène n'avait rien de ragoutant et Faye avait du mal à retenir son coeur de bondir dans sa poitrine quand elle aperçut le gros intestin de la passagère dans la bouche d'une des infectés. Toutefois, elle ne trouvait pas cela plus choquant que ce qu'ils avaient pu voir à la réunion du matin. S'apprêtant à le faire remarquer, elle réussie à entendre le gémissement rauque et l'identifia aussitôt au conducteur. D'ailleurs d'où elle se trouvait, elle pu voir celui-ci en train de cligner des paupières.

« Merde! » beuglèrent à l'unisson Tanaka et Tamao. Tous les deux eurent le réflexe de pointer leurs armes sur les femmes affamées. Il suffit d'une balle à Faye pour mettre KO la mariée alors que son collègue mettait hors service la demoiselle s'attaquant à la passagère. Malheureusement, leurs positions ne permettaient pas d'avoir la dernière infectée. Heureusement pour eux, alertées par le bruit de ses consoeurs tombant au sol, elle lâcha l'homme à moitié mort afin de se relever pour se mettre assise sur le capot. Les doigts dans le nez, la S.R.T fut plus rapide que son ami et tira une deuxième balle qui se logea dans l'oeil gauche de la demoiselle. Le corps à peine tombé au sol, Kakashi s'était rué vers la voiture, suivi très vite de la jeune femme. Elle contempla le vieil homme qui gémissait de douleur. Elle tenta de ravaler sa salive.

« Hmmm » gémit-elle en sentant l'odeur nauséabonde qui avoisinait la voiture. Au même instant, un bruit sourd retentit à ses côtés et de la fumée s'échappa du crâne du conducteur. Sans un mot, Faye se tourna vers Kakashi. Il avait le visage éteint, les yeux voilés et il tenait encore son arme brulante en main. Comprenant ce que c'était que d'abréger les souffrances, elle porta une main réconfortante sur le bras de son ami. Un geste anodin qui lui demandait énormément, elle n'était pas du genre très expansive. Elle s'éloigna ensuite pour faire le tour de la voiture en piteuse état. Il fallait vérifier l'état de la passagère...Si la chemise en satin n'avait pas été déchirer et qu'un sein n'était pas en train de dépasser, jamais Tanaka n'aurait pî identifier que le corps était de sexe féminin. La moitié du crâne avait été fracassé (surement par l'accident) et ce n'était plus qu'un tas de peau, d'os et de sang bouillie. Malgré tout, la jeune femme s'approcha du corps et cribla la tête de trois balles....avant que son coéquipier ne vienne l'arrêter en posant une main sur son épaule.

« Vient!Il a besoin d'aide... »

Il ? Qui Il ? Qu'est-ce qu'elle en avait à foutre des autres? Son arme toujours pointée vers la voiture, elle reprit ses esprits en contemplant ses doigts dont les jointures étaient d'un blanc crémeux. Aussitôt, elle jura intérieurement de s'être laissée aller de cette manière. Tout ça pourquoi? Pour voir des bouts de chair éclabousser un peu partout? C'était bien joli, mais elle venait de gâcher deux balles pour de l'amusement! Si ça c'était du professionnalisme, son cul était une oeuvre d'art! Écoeurée, elle baissa son bras en relâchant la pression sur la gâchette pour suivre son collègue vers l'arrière de l'automobile et plus précisément vers le car. En levant les yeux vers celui-ci alors qu'elle continuait de marcher. Faye put voir les vitres avant pleines de sang et de chaire, à tel point qu'elle n'apercevait que des ombres à l'intérieur. L'arme toujours prête à être utilisé, l'instinct aux aguets, elle était attentive aux moindres sons. Arrivant aux abords de la porte principale, elle vit sortir son collègue et chauffeur du fourgon du véhicule. Il tenait dans ses bras une fillette avec plusieurs contusions sur le corps, consciente, elle ne faisait qu'émettre de petits sons.

« Elle a la mâchoire brisée »

« Emmène la dans le fourgon »

« Il y a encore des gens à l'intérieur »

Kakashi fut le premier à entrer dans le long véhicule. Avançant lentement, il vérifiait chaque rangée de siège par précaution. Avant de s'approcher des trois enfants et d'une jeune femme. Surement leur professeur, elle devait avoir à peine la trentaine et les enfants ne devaient pas dépasser les 10 ans. Tous les quatre étaient dans des états pitoyables, pleins de blessures et de coupures. Ils donnaient l'air de ses victimes de films d'actions où les maquilleurs n'avaient pas lésiné sur les effets. Pas très maternelle, Faye se sentait tout de suite désorientée. Ce fut une des raisons qui la poussa à rester dans le dos de son collègue pour surveiller leurs arrières.

« Vous allez pouvoir vous levez? »

Femme inconnue (parlant le français!):« Je ne comprend pas!Notre traducteur est mort...Ils l'ont mangé! » hurlait la femme complètement paniquée alors que les larmes coulaient à flots sur ses joues tachés de sang et poussiéreuses.

« Madame! Ne criez pas! C'est pas la peine je ne vous comprend pas... »

« Tu fais la même chose je te signale...  »

« Ils l'ont mordu..j'ai essayer de l'en empêcher! Les enfants, si petits..Mon dieu! Je...aidez nous! Je vous en supplie... »

« Madame, s'il vous plaît... »chuchotait Kakashi d'une voix douce et réconfortante afin que malgré le barrage de la langue, la jeune femme se sente en confiance avec cet inconnu. Ce qui semblait fonctionner, car au fur et à mesure qu'il avançait lentement ses mains vers elle, le professeur arrêtait de hurler pour seulement se contenter de chuchoter. Sans pour autant lâcher les enfants qui avaient tous leurs regards braqués sur la S.R.T debout. Celle-ci se doutait que son coéquipier faisait un report émotionnel envers la jeune maîtresse. Du coup, il était plus gentil, plus doux et surtout bien plus lent que d'habitude alors que dans ce cas de figure, il ne devrait pas trainer. Le car était plein de sang, les sièges en étaient imbibés or à part les quatre êtres vivants au bout du bus, ils n'avaient trouvé personne d'autre. C'était trop gros pour être logique! Faye était certaine qu'il y avait une énorme couille dans le pâté!

« Il faut y aller! »

« Madame! Ecoutez » Le policier tentait d'articuler le mieux possible en étirant chaque syllabe avec ses lèvres. « Nous allons vous emmenez avec nous! Vous êtes d'accord? Vous serez en sécurité, je vous le prom... »

« Putain Kakashi! Tu vois bien qu'elle comprend rien! » lui cria Faye en s'abaissant pour bien lui hurler dans les oreilles. « Pas la peine de tout expliquer! On les prend et on se casse si tu veux qu'ils survivent! »

Véritablement à bout de nerfs, l'homme poussa un grognement pour ensuite se tourner vers Faye afin de l'attraper par la gorge. Ce fut si soudain et invraisemblable comme réaction de la part de Kakashi, qu'elle n'avait pas pu bouger pour essayer de l'éviter. Une fois qu'elle fut à sa merci, elle ne pouvait toujours pas se mouvoir, trop choquée par ce comportement. Elle l'observait à la fois inquiète, elle ne l'avait jamais connu dans cet état et énervée qu'il se laisse aller pour une jeune femme et trois marmots! Néanmoins, il n'y allait pas avec le dos de la cuillère. La Tanaka avait de plus en plus de difficultés à recevoir l'air dans ses poumons. En dépit de son asphyxie imminente, elle essayait de rester calme et gardait ses bras le long de son corps. Trop surprise de voir le visage de son collègue déformé par la fureur.

«  Ferme-là! »

Faye resta muette, elle préférait prendre de longue et lente respiration pour ne pas gâcher le peu d'oxygène qui accédait à ses organes. Son amour propre venait d'en prendre un coup! Elle se savait insupportable et elle avait cru que Kakashi était du genre à tolérer ce côté de sa personnalité. La preuve en était que non! Blessée, elle du se faire violence pour ne pas rouer d'insultes son collègue ni pour s'enfuir de ce car. Ils avaient d'autres priorités! Se mordant l'intérieur de la joue à se déchirer la chair, elle acceptait le sang comme compensation à son silence. Un silence que prit son coéquipier comme une soumission.

« Bien...maintenant, tu sors... » disait-il en la lâchant. Faye toussa plusieurs fois, l'air qui revenait en masse lui brulait la gorge et la poitrine. Une main sur sa gorge, elle regardait l'homme comme si c'était la première fois qu'elle faisait face à cet homme. D'un côté c'était le cas, il n'était pas le Kakashi qu'elle avait connu. Ce n'était pas un S.R.T, mais un vulgaire père divorcé qui bavait sur les jupes d'une maîtresse.

« Je reste »

« NON! Tu obéis, je suis plus capable que toi alors tu sors! »

« Kakashi...t'es devenu dingue! » demanda Faye sans prendre de gants sur le ton de sa voix, elle en avait marre de cette réaction de con. Elle ne faisait plus attention aux personnes assises sur le sol. Les trois enfants se retenaient de pleurer en cherchant à comprendre pourquoi ces deux étrangers étaient en train de se hurler dessus. Surtout qu'ils étaient armés et ce dernier point faisait croire au professeur qu'ils se disputaient pour savoir lequel d'entre eux allaient fusiller le groupe de civils. Il fallait que la française cherche une solution rapidement pour échapper à ses deux fous furieux sans pour autant mettre la vie de ses élèves rescapés en danger. Quant à Faye, elle se tenait droite devant son ami, se préparant à ce qu'il l'attaque de nouveau. Cette journée à peine entamée et les voilà en train de se battre.

* Kakashi! Qu'est-ce qu'il se passe dans ta tête putain!? *

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faye Tanaka
S.R.T/Graphiste
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 13/02/2010

Feuille de personnage
Taille: 1m57
Date RP: Jour 1 -{ 19h30-21h}
Arme(s) :: Couteau de Combat, Beretta 92F/FS et Benelli M4

MessageSujet: Re: Immersion immédiate   Lun 1 Mar - 1:01

La jeune femme n'eut ni le temps de poser cette question, ni le temps de quoi que ce soit d'autres. Des bruits de pat lents sans réelle concordances résonnaient vers l'entrée principale du car. Oubliant leurs différences de point de vue, mettant de côté leurs prises de bec, les deux S.R.T remirent leurs priorités à jour. Dans un calme absolu hormis les bruits de chaussures, Faye fit signe à Kakashi de surveiller le groupe de civils pendant qu'elle s'occupait de vérifier l'avant du véhicule. A vrai dire, elle n'eut pas besoin de faire plus de deux pats pour avoir une vision très nette des personnes pénétrant dans le véhicule. Le verbe trainer aurait été mieux employé dans ce cas de figure. Étendu à plein ventre sur le sol, les bras tiraient lamentablement le reste du corps. Dès le premier coup d'oeil, elle comprit que cette rencontre aurait la même conclusion qu'avec la mariée et ses demoiselles d'honneurs. Les mains accrochées à la moquette ne possédaient pas toutes 10 ongles, certaines avaient eu la malchance d'avoir plusieurs doigts arrachées où pendaient ici et là quelques petits bouts de chair brunâtres. De plus, les paumes étaient difformes, les plus proches de la jeune femme avaient de vilaines ecchymose allant du mauve au jaune et qui venaient gonfler la chair. D'autre encore avaient des bouts de chair en moins, que ce soit sur les bras où le reste du membre, il y avait possibilité de voir un os apparaître entre deux bouts de chair putréfiée. L'observation n'avait pas durée plus de dix secondes, un laps de temps suffisant pour que cinq corps soient totalement entrés dans le car. Les têtes baissées, leurs front s'appuyaient sur le sol comme si la tête était devenue un poids. Trainant leur tête qui se disloquaient à chaque mouvement, manquant de se l'arracher, les inconnus poussaient des râles gluants.

Un signe bref de la main vers son coéquipier, Faye arma son berreta toujours pointée vers les larves humaines. Pourtant, elle hésitait à tirer alors que derrière elle les préparatifs se faisaient pour s'en aller par l'arrière du véhicule. La deuxième porte était encore libre et c'était leur sortie de secours vu que l'avant n'arrêtaient pas de se remplir. En outre, des cinq corps, venaient se rajouter trois autres qui pouvaient parfaitement avancer sur leurs deux pieds. Il était impératif qu'elle protège le groupe en arrière seulement, elle était incapable de liquider des enfants. Le car étrangement vide venait de dévoiler son grand mystère, la plupart des passagers avaient été infecté. Et maintenant, ils revenaient pour rendre des comptes à leur professeur? Avait-elle été une si piètre maîtresse? Quoi qu'il en soit, ils étaient incapables de réfléchir et donc, ils étaient dangereux! Pas besoin d'en savoir plus pour tirer! Les yeux fébriles, Faye priait pour que ces gosses n'aient plus conscience de rien et surtout pas de la douleur. Son coeur si froid et calme de base, s'emballait au moment où l'arme fut pointé sur la casquette rouge de l'infecté en tête. Pinçant ses lèvres afin de se punir à l'avance de cet acte abjecte, elle prit une grande inspiration en se donnant du courage, imaginant que ces corps mutilés n'avaient jamais été des enfants.

« Toute façon...je n'ai jamais aimé Pokémon... » confia-t'elle avec son timbre de voix éternellement glacial au moment où elle appuya sur la gâchette. Toutefois, la balle n'atteignit jamais la cible et alla se loger dans le torse de l'enfant qui chevauchait le premier. De très mauvaise humeur, Faye se tourna vers la personne qui avait osé la bousculer. Elle fut surprise de voir que c'était le professeur et celle-ci assena une gifle violent à la S.R.T avant de lui hurler des phrases incompréhensibles qui pourtant semblaient très explicites. Ce qui n'aida en rien la japonaise à retrouver son calme. Ne supportant pas qu'on la dérange dans son travail, elle ne comprenait pas pourquoi une des victimes venaient de l'empêcher de lui sauver la vie pour ensuite la gifler. Verte de rage, elle empoigna la femme par le col de sa chemise et la souleva de quelques millimètres du sol. Aveuglée par ce sentiment incontrôlable, elle jeta un coup d'oeil vers les malades qui avançaient toujours. Ils paraissaient un peu plus agité peut être à cause du barouf provoqué par les deux femmes. Son beretta de nouveau pointé vers la casquette, Faye ne prit pas le temps de ressentir du remord ni même un battement de coeur et elle fit un magnifique trou en plein dans la tête. L'enfant d'autrefois se laissa tomber au sol, inerte pendant que la policière ni faisait plus attention et se tourna vers la femme. Celle-ci était paralysée, les yeux exorbités et diriger vers ses anciens élèves. Certains avaient levé la tête suite à la percussion et elle put voir que l'un deux avaient la mâchoire pleine de sang. Fière de la souffrance qui se lisait sur le visage de l'étrangère, Faye la rapprocha d'elle et ce malgré que les muscles de son bras la tirait douloureusement.

« T'as de la chance que je me suis engagée à sauver les conasses dans ton genre... » siffla t'elle entre ses dents « Alors que tu mériterais que je t'envoie dans les bras de tes chers élèves pour te regarder te faire bouffer comme la chienne que tu....! »

« Faye! »

Le bras de son coéquipier passa devant ses yeux pour arracher l'étrangère de son étreinte. Comme si elle faisait face à son sauveur, la femme se colla à Tamao sous le regard ardent de la japonaise qui s'empêchait de faire de la bouillie avec cette masse de cheveux blonds. Préférant relever les yeux vers son collègue, celui-ci avait posé une main sur la joue brulante qui avait accepté la gifle. C'était bien plus qu'un geste tendre, il servait à réveiller la jeune femme, qui trop timide n'aimait pas qu'on la touche et ça, l'homme le savait parfaitement. Lorsqu'il comprit qu'il avait toute l'attention de sa coéquipière, il lui indiqua les enfants sains qui attendaient au fond du car et lui fit comprendre qu'ils allaient tous sortir. D'un signe de tête, Faye répondit qu'elle comprenait et qu'elle allait très vite finir le travail. Sans plus, ils se lancèrent tout deux un regard complice. Ensuite, Tamao emmena la maitresse vers ses élèves et la S.R.T se tourna vers les autres. Ils avaient avancés lentement, mais suffisamment pour être à une distance dangereuse. Favorisant son fusil à pompe plutôt que le berreta, elle rangea ce dernier avant d'armer le deuxième. Ce mouvement avait toujours été jouissif pour ce petit bout de femme qui ne voyait plus en ces infectés des enfants. À présent, ces malades rampants étaient une bonne raison de faire chier cette salope de prof et rien d'autre.

La fureur vibrait dans ses tempes au moment où elle explosa le premier front. A la vue du geyser de sang et d'os fracturé, la jeune femme sentit une pulsion envahir l'entièreté de son corps. Voilant ses idéaux, elle n'avait plus qu'une envie: exploser tous ces sales gamins cannibales. Elle ne se privait pas pour le faire, prenant juste le temps de recharger pour se reposer. Au bout du sixième coup, plongée dans sa folie, Faye tenta d'assener la septième balle dans le crâne du dernier gamin. Il était debout face à elle, ses yeux révulsés contemplaient le bas ventre de la femme sans le voir. Dégoutée parce qu'un enfant était devenu à cause d'un malencontreux accident, la policière prit son arme à deux mains et frappa une première fois l'infecté à la tête. Le bruit de la chair flagellé la ramena un peu à la réalité, rappelant la peine de contempler ses gosses et puis, la douleur de la gifle sur sa joue. La femme armée se mit à grogner pour taper de nouveau sa victime, encore ...et encore jusqu'au moment où celle-ci tomba à genoux au sol. Le crâne fracassé venait à peine de toucher la moquette que Faye avait eu le temps d'arriver à la porte arrière du véhicule. Elle jeta un coup d'oeil aux alentours pour vérifier que rien n'avait été oublié.

«Tu comptes sortir ou je t'emmène ton bentô? »

« J'arrive...Et si tu me parles encore de bouffes... » répondit-elle à Kakashi à travers son oreillette. L'idée de nourriture lui avait tournée l'estomac. Il était temps qu'elle sorte de cet autocar, l'odeur de cadavre en pleine putréfaction devenait gênante. À peine arrivée dehors, la jeune femme gonfla ses poumons d'air malgré que le parfum made in cadavre ne lâchait pas son nez, venant déposé un goût amer sur sa langue.Puis, elle s'empressa de rejoindre le fourgon en remarquant qu'étrangement, il faisait calme. Elle fut accueillie par Tamao qui venait de faire monter le dernier enfant dans le fourgon. Il se tourna vers la jeune femme avec un air inquiet.

« Tu as été blessée ou mordue? »

Faye secoua la tête afin de signaler que tout allait bien, ce qui dessina un sourire de soulagement sur le visage de son collègue. Tout aussi rassurée d'être en bon état, elle ne se fit pas prier pour pénétrer dans le véhicule, suivie de très près par Tamao. Lorsqu'elle allait prendre place, la maîtresse lui sauta au cou. Habituée a réagir rapidement, la S.R.T eut le temps de réceptionnée la folle en l'attrapant par sa chemise. La tirant un peu en avant, elle la contourna et lui prit le bras, elle le plia afin de le coller contre la colonne vertébrale. Elle posa une main sur la tête de l'étrangère et la pencha en avant pour la garder en position de soumission. Réjouie de l'effet de surprise dû à la vitesse où elle avait exercé ces mouvements, la japonaise se courba en avant, ses seins s'aplatirent sur le bras du professeur. Un sourire malsain aux lèvres, elle s'amusait de sentir sa proie gigoter sous elle et malgré leur différence de compréhension, elle lui murmura d'une voix sensuelle.

«  Hmmm! Le romarin... »

Relevant la française, Faye glissa sa main sur le visage délicat. Elle resserra sa poigne sur le bras et sentit sa proie gémir de douleur. Malgré les gants qu'elle portait aux mains, il ne lui était pas difficile d'apprécier la peau délicate de cette beauté. Ces longs cheveux blonds, une odeur à en faire tremper un sous-vêtement. Elle comprenait pourquoi Kakashi avait craqué sur ce petit bout de dame. En un coup d'oeil aux alentours, la policière constata que plus personne ne bougeait. Les enfants fixaient la scène avec des regards plus paniqués les uns que les autres quand aux deux hommes, ils avaient sorti leurs armes prêts à faire feu sur leur coéquipière au moment voulu. Tout à coup agacée par le comportement absurde de la part de ses collègues. Elle frotta son gant sur le menton de sa prisonnière avant de la lâcher et de lever les mains en signe d'obéissance. Aussitôt, le conducteur et Tamao baissèrent leurs armes. Enfin, ce dernier se rua sur sa camarade et l'attrapa par le bras pour l'obliger à sortir hors du véhicule. Faisant de même, il l'entraîna quelques mètres plus loin.Arrivée au beau milieu de la rue déserte et miraculeusement calme, il se tourna pour dévoiler un visage écarlate.

« Qu'est-ce qui t'a pris?» aboya-t'il en pointant le fourgon du doigt. Il s'arrêta afin de laisser le temps à la jeune femme de répondre. Celle-ci savait déjà que son jugement était fait dans l'esprit de cet idiot.

« Va te faire foutre! »

« C'est ta seule réponse? »

Un éclat de voix sarcastique s'échappa d'entre les lèvres de la jeune femme. Que pouvait-elle dire? Quoi que ce soit et en route pour une bonne réprimande style mère de famille frustrée passant ses nerfs sur ses enfants. N'ayant plus l'âge de ses bêtises, Faye se contenta d'opiner du nez. Un comportement qui exaspéra son coéquipier, il se rapprocha d'elle pour l'attraper par le col.

« M'oblige pas à te... »

Cette fois s'en était de trop! Elle avait accepté sans broncher de se faire empoigner, de se faire engueuler, de se faire gifler, de se faire attaquer! Elle avait même du fusiller des pauvres gosses et il osait la menacer! Le poing serré de colère, la jeune femme l'envoya en plein sur la joue de son collègue. Étourdi par la force du coup, il la lâcha pour tituber un peu en arrière. Avant qu'il n'ait pu réagir, elle s'était déjà remise à parler.

« Je ne vais pas encaisser à cause d'une conasse qui ressemble à ta défunte femme! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faye Tanaka
S.R.T/Graphiste
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 13/02/2010

Feuille de personnage
Taille: 1m57
Date RP: Jour 1 -{ 19h30-21h}
Arme(s) :: Couteau de Combat, Beretta 92F/FS et Benelli M4

MessageSujet: Re: Immersion immédiate   Jeu 4 Mar - 18:39

Le ton si froid qu'elle avait employé l'étonnait elle-même en admettant qu'elle ressente un banal sentiment d'embarras, ce qui n'était pas le cas. Tamao méritait un tel traitement et bien plus encore! La jeune femme se réjouissait de percevoir la douleur dans les yeux de son coéquipier. Un spectacle si exaltant qu'elle eut une bouffée de chaleur puisque cet homme était une pierre solide et le fissuré revenait à l'exploit. Une prouesse réalisée en ce jour mémorable où... Un coup de feu retentit suivi très vite par des hurlements d'enfants. A cet instant, cette dispute n'avait plus d'importance! Surpris,, les deux agents laissèrent leur différent de côté pour s'empresser de retourner vers le fourgon. Le berreta sorti, n'ayant pas le temps de recharger son fusil à pompe. Faye fut la première a arriver sur les lieux bras tendus vers le véhicule, elle patienta que son collègue se positionne derrière elle. Son rythme cardiaque accéléré par l'adrénaline, elle essayait de garder une respiration normale afin que la trajectoire de ses balles ne soient pas perturbées par de futiles ébranlements. Avant de se coller dos à la camionnette qui bougeait dans tous les sens, elle pouvait entendre les enfants hurler alors que les fusillades continuaient d'aller de bons trains. Personne ne parlait et les deux SRT à l'extérieur suivaient l'exemple. Tamao indiqua grâce à ses mains les directives à suivre: ouvrir la porte et reprendre possession de la situation. La japonaise acquiesça pour aussitôt ouvrir la porte et s'écarta de plusieurs pats. Une fraction de seconde après que la sortie soit libre, un des enfants sauta sur le macadam. Faye le vit atterrir à plein ventre et commença à accourir vers lui.

« Faye NON! »

Un seul pat de plus et elle aurait reçu le deuxième enfant sur elle. Mise à part que ce dernier grognait et instinctivement ce jeta sur la pauvre victime au sol. Le mordant au cou au même moment où une balle se logea dans son crâne. En même temps, une autre balle fut tiré en direction du fourgon et la jeune femme entendit distinctement une lourde masse tombée. Se reculant par précaution, elle se plaça face à la porte d'entrée. Juste à temps pour toucher en plein coeur le chauffeur. Il la fixait avec des yeux révulsés, la mâchoire grande ouverte où une masse de cheveux roux était coincé entre ses dents et il continuait de marcher en direction de la sortie. Saisissant que c'était devenu un de ses infectés donc que seul le crâne était la vulnérable. La policière ne prit pas de gant et tira deux coups, l'un qui explosa la mâchoire, l'autre qui se logea en plein dans l'arcade sourcilière. Leur ancien collègue porté au sol, elle fit un pat de côté pour mieux voir l'intérieur du fourgon. Son cerveau n'avait pas encore traité l'information que son corps était déjà en action.

Sautant dans l'automobile, elle fonça vers l'arrière du véhicule là où se trouvait la maîtresse et deux enfants. L'un des gosses trônait dans les bras de la dame, le visage à moitié déchiqueté, ses cheveux roux n'étaient plus qu'un petit rond dominant un amas de peau. Il semblait avoir été la cible préférée des infectés. Le deuxième gosse était collé au mur et hurlait de tout son saoul pendant que sa maitresse traînait des pieds vers lui. Sa chemise criblé de balle, l'étrangère crachait une substance foncée en tendant le bras vers sa nouvelle proie. Sans réfléchir, Faye arriva derrière et son arme éclata la gorge du professeur. Le corps eut un mouvement de recul, trembla un peu, mais sans plus. Comme s'il avait été piqué par un moustique, il s'en remit très vite et l'ancienne femme se retourna pour recevoir une balle en plein nez. Des bous de cervelles allèrent se déposer sur la paroi du fourgon et sur le pull du gosse toujours dans son coin. Faye enjamba le cadavre du professeur et s'accroupit vers l'élève qui semblait seulement état de choc. Elle observa le visage, la nuque et les mains pour vérifier. L'enfant qui était une petite fille ne paraissait pas être blessée, ce qui soulagea la jeune femme.

Kakashi était apparu entre temps, Faye caressa le visage de la fillette qui n'osait pas bouger. Puis elle se tourna vers son collègue. Celui-ci était tourné vers le siège conducteur ou gisait le corps du dernier enfant. N'apercevant que le dos, elle n'avait aucun moyen de connaître son état jusqu'à l'instant où l'homme pivota pour lui faire face. Il avait les yeux assombris et la japonaise ravala une grosse boule de salive. Cette gamine pleurnicheuse était donc la seule survivante... Sauf qu'elle ne pleurait plus... Un mauvais pressentiment s'empara de l'esprit chaotique de la policière. Elle pivota sur elle-même pour vérifier que tout allait bien alors que son coéquipier s'était jeté vers l'enfant vivant. Ils ne purent rien faire, la petite était déjà en train de ce lécher le bras plein de sang de sa maitresse. Les yeux rivés sur Faye, elle laissa son bras retomber au sol en comprenant qu'elle avait fait une bêtise. Trop petite pour comprendre quoi que ce soit, elle avait simplement voulu se nettoyer la main qui collait...c'était tout. Tamao tendit aussitôt son arme vers la fillette qui se remit à pleurer. Sauf qu'au lieu de tirer, il fit deux pats en arrière....pendant que sa coéquipière passait ses yeux d'un corps vivant à l'autre.

« Qu'est-ce tu fous... »

« Quoi? »demanda t'il d'une voix lointaine!

« Tues là! » répliqua t'elle sèchement. Elle savait que le temps était compté. De plus, les pleurs permanent allaient finir par attirer d'autres infectés!

« NON! Elle n'est pas... »

« Elle va le devenir »hurla la femme afin de se faire entendre à travers les cris de la fillette. Celle-ci s'était laissée tomber au sol pour se recroquevillé dans le coin du fourgon. Camouflant son visage avec ses bras afin de se protéger de ces deux fous.

« Non! »

« Tu l'as bien vu...elle à lécher ce putain de sang! Kakashi.... »


« Je... »

L'homme sursauta au moment où l'enfant fut prise d'une quinte de toux violente. Se mettant à quatre pattes, la fillette avait la bouche grande ouverte et un filet de bave coulait sur le sol alors que son petit corps frêle était prit de violents tremblemenst. La colère brulant ses yeux, Faye poussa son collègue qui lui gâchait la vue. Elle ne laissa à personne le temps de réagir et tua froidement l'enfant d'une balle dans la tête. Couché à plein ventre, la gamine gisait dans son propre sang qui s'échappait du trou béant dans son crâne et de ses orifices. Au moment où Kakashi allait se jeter sur sa coéquipière pour la punir, la jeune femme tira de nouveau dans les cheveux noirs de jais. Un acte qui paralysa l'homme... Sans ciller, la japonaise baissa les bras et se tourna vers lui.

« C'est toi qui conduit... »

« ... »

Dans un silence total, les deux agents s'affairèrent à sortir rapidement les corps du fourgon pour les disposer correctement sur la route. Aucun des deux n'avaient envies de parler. Faye réfléchissait à cette gamine éplorée qu'elle avait froidement assassinée quand elle grimpa dans le fourgon. A l'intérieur de celui-ci régnait une odeur pestilentielle dû au sang qu'ils n'avaient pas eu le temps de nettoyer. C'était un mal pour un bien, cela allait leur rappeler qu'ils avaient parfaitement foiré leur première mission.... Les yeux rivés sur la route, Faye serrait les dents en essayant de se vider l'esprit quand son collègue brisa le silence.

« Il était flic... »

« Quoi? » demanda t'elle énervée, ne cherchant pas à comprendre ce qu'il voulait dire avec ses conneries.

« Le chauffeur...c'était pas encore un SRT...par une succession de circonstances, ils étaient devenu notre chauffeur... »

« Je comprend rien... »

Tamao soupira en tapotant le volant de ses doigts, il comprit que ce n'était pas la peine de parler à Faye, elle ne voulait rien entendre...et après tout, c'était une réaction normal.

« On a merdé... »

« ça je sais... » soupira Faye en sortant son fusil à pompe. Elle s'affaira à le recharger pour être fin prête à toutes éventualités. « et la journée ne fait que commencer... » 

« Ouais...en route pour une prochaine aventure.. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Immersion immédiate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Immersion immédiate
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mes besoins immédiat!
» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
» Ahh ! L'Amour... (si vous êtes une femme, retournez immédiatement d'où vous venez) TERMINE
» [Bayonne] [Baptême] Mellyna
» On ne brûle pas les étapes à Eagle's ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: "Routes"-
Sauter vers: